Moteskano, Metaperotin et Mahikan

Opitciwan

Territoire: Atikamekw Nehirowisiw / QC

Population: 6,989 (2012)

Langue: Atikamekw

Lien communautaire
Moteskano nous entraîne sur les pistes de raquettes des ancêtres, Metaperotin nous emmène en canot là où ils allumaient un feu sacré, et le Studio Mahikan soutient les jeunes dans la production d’œuvres audiovisuelles centrées sur la culture, l’identité et un mode vie sain.
Ensemble, Moteskano, Metaperotin et Mahikan témoignent de l’immense pouvoir de rétablissement de la terre, de la communauté et de la culture, ces éléments ne pouvant être pris isolément ni hors contexte. Ces activités de groupe qui se déroulent entre jeunes, non seulement les rapprochent les uns des autres, mais elles consolident aussi les liens qu’ils entretiennent entre eux et avec leur communauté et leur territoire.

Fier d’être Atikamekw. Fier d’être d’Opitciwan. Le premier effet positif que nous avons constaté, c’est que de plus en plus de jeunes se familiarisent avec le territoire et ses divers lieux; autrement dit, ils s’approprient le territoire. Et puis cette communion avec le territoire donne le goût aux jeunes de mieux connaître leur langue. Après tous les impacts de la colonisation… reconquérir le territoire a un effet positif sur leur sentiment d’appartenance. Ainsi, toute la communauté partage un même sentiment d’unité.

Jasmin Flamand

Détail des activités

Cette initiative à trois volets inspirée par le territoire a évolué avec le temps. Elle a vu le jour en 2011 avec Metaperotin : « Aller en canot là où nos ancêtres allumaient un feu sacré ». Ce parcours annuel en canot sur la rivière Tapiskwan Sipi est aussi l’occasion pour un groupe intergénérationnel de membres de la communauté de revisiter les campements ancestraux.

En 2012, l’initiative a pris de l’expansion avec la randonnée Moteskano « Marcher en raquettes sur les pistes de nos ancêtres». Il s’agit d’une randonnée en raquettes annuelle sur les terres traditionnelles de nos ancêtres qui réunit des jeunes, des aînés et des gens de tous âges.

Le Studio Mahikan est le plus récent ajout à l’initiative. Ce volet permet aux jeunes de la communauté de produire des œuvres audiovisuelles orientées vers la culture, l’identité et un mode vie sain. Aux jeunes qui participent aux activités Metaperotin et Moteskano, ce volet offre un moyen de témoigner de leurs expériences vécues sur le territoire; ainsi, l’initiative continue de grandir et de prendre de l’envergure. À l’origine, c’était un studio mobile qui se rendait dans diverses communautés (Wapikani mobile), mais les jeunes d’Opitciwan tenaient à ce qu’il y ait quelque chose de permanent dans leur communauté afin d’avoir toujours accès à ce puissant mode d’expression. Nombre de leurs productions mettent en valeur la musique, le territoire, les tambours et la danse.

Ensemble, ces trois volets permettent aux jeunes de se rapprocher de la terre et de la communauté, de recevoir de précieux enseignements et de se consacrer à des pratiques culturelles.

Objectifs du projet :

  • encourager les jeunes d’Opitciwan à participer à plus d’activités sportives et culturelles,
  • favoriser l’adaptation et l’insertion sociales,
  • proposer aux jeunes des défis personnels en vue d’améliorer leur estime de soi,
  • aider les jeunes à développer un bon esprit d’équipe, reconnaissant les forces et les talents de chacun,
  • promouvoir et renforcer les liens familiaux, sociaux et intergénérationnels,
  • célébrer l’identité culturelle et stimuler l’usage de la langue,
  • raviver le sentiment de respect et d’appartenance envers le territoire atikamekw, et
  • approfondir les connaissances traditionnelles grâce aux enseignements des aînés.

Les effets du projet sur les jeunes et la communauté sont multiples :

  • Comparé à d’autres communautés, à Opitciwan, on possède plutôt bien la langue. Le contact avec le territoire aide les jeunes à maîtriser encore davantage leur langue : ils apprennent le nom des lieux, des rivières et des montagnes.
  • Individuellement et collectivement, ce processus permet aux jeunes de s’approprier de plus en plus leur territoire.
  • Pour certains, ce projet a aussi une grande valeur du point de vue de la guérison. Pour d’autres, il a été utile et efficace pour surmonter des dépendances ou faire face à de grandes difficultés qui autrement auraient pu les couper de la communauté.
  • Outre les participants à l’initiative, il y a aussi des gens sur le territoire qui préparent la venue des groupes de canoteurs et de raquetteurs – chaque membre de la communauté a son rôle à jouer. Pendant que les activités se déroulent, tous les membres de la communauté ne forment qu’un et on ressent un peu moins les cloisons entre les divers services, organismes ou groupes.
  • Le projet est incroyablement puissant et viable, et le sera encore plus avec le temps.