Résumé du projet

Contexte

C’est en 2003 que fut publié le « Guide des stratégies prometteuses pour la prévention du suicide chez les jeunes Autochtones », une ressource documentaire rédigée par Jennifer White et Nadine Jodoin. Cet ouvrage, utile à nombre de communautés au pays, a été mis à jour en 2004 et 2007. À l’automne 2015, la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada (faisant désormais partie de Services aux Autochtones Canada) a approché Jennifer White pour lui proposer de créer une nouvelle ressource documentaire pour soutenir encore un peu plus loin le travail de la Stratégie nationale de prévention du suicide chez les jeunes Autochtones (SNPSJA). Le nouvel outil permet de faire un lien avec les initiatives existantes comme le Cadre du continuum des services de mieux-être mental pour les Premières Nations et d’autres initiatives nationales ayant des objectifs analogues, incluant l’Assemblée des Premières nations (APN), la Thunderbird Partnership Foundation (TPF) et l’Association canadienne pour la prévention du suicide (ACPS).
Bien des choses ont changé au Canada depuis la publication du document précédent (notamment la récente Commission de vérité et réconciliation), ainsi que l’émergence de nouvelles recherches et pratiques en lien avec la prévention du suicide intégrant les réalités politiques et culturelles tel le Continuum des services de mieux-être mental pour les Premières Nations. Le cadre de vie des jeunes a aussi changé de par l’omniprésence d’Internet et, pour certains jeunes, de par l’accès accru à des enseignements liés à la nature. Par ailleurs, la façon d’accéder à l’information a elle aussi changé en partie du fait que les gens de servent abondamment des technologies en ligne. Pendant ce temps, de nombreuses communautés des Premières Nations enregistrent des taux alarmants de suicide comparativement au reste de la population, tandis que d’autres présentent des taux de suicide très bas, voire nuls.
Ce projet s’engage à réduire les taux de suicide et les comportements suicidaires chez les jeunes des Premières Nations en « parlant le langage de la vie » plutôt qu’un langage axé sur les lacunes ou les facteurs de risque. Cette nouvelle ressource est une compilation de sages pratiques qui font la promotion de la vie auprès des jeunes à partir de ce qui fonctionne déjà ou qui est prometteur au sein des communautés des Premières Nations de tout le pays. Le produit final a été conçu avec un souci de pertinence culturelle, et pour répondre aux réalités vécues par les jeunes et toutes les personnes qui s’investissent dans le mieux-être des jeunes des Premières Nations.

Bref historique du projet

Ce site Web est le résultat d’un projet de deux ans, initié et subventionné par la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada (faisant désormais partie de Services aux Autochtones Canada). On y présente de sages pratiques qui font la promotion de la vie auprès des jeunes à partir de ce qui fonctionne déjà ou qui est prometteur au sein des communautés des Premières Nations de tout le pays, particulièrement en ce qui concerne la prévention du suicide chez les jeunes. La ressource en ligne est conçue avec un souci de pertinence culturelle et pour répondre aux réalités vécues par les jeunes et toutes les personnes qui s’investissent dans le mieux-être des jeunes des Premières Nations.

Notre intention est de reconnaître et de célébrer ce qui fonctionne déjà dans les communautés du Canada, et d’établir entre elles des liens et des connexions dans leur intérêt mutuel. Ce projet vise à obtenir de l’information, et possiblement en offrir à toute une série de projets et de ressources en lien avec la promotion de la vie, de la résilience et du mieux-être chez les jeunes des Premières Nations.

Objectif du projet

En tant que moyen de soutenir la Stratégie nationale de prévention du suicide chez les jeunes Autochtones (SNPSJA) et de l’harmoniser à d’autres initiatives connexes, ce projet vise à produire une ressource en ligne à la fois utile, culturellement pertinente, accessible et porteuse d’espoir, et qui fait la promotion de la vie auprès des jeunes des Premières Nations du Canada. Dans le cadre du projet seront présentés des récits inspirants et de sages pratiques provenant de communautés des Premières Nations, ainsi que des conclusions tirées de travaux de recherche récemment publiés. Ces diverses pratiques seront diffusées sur une plateforme web pour un accès maximal.

Critères d’inclusion
1

Le projet peut être offert partout au Canada.
2

Il se penchera sur des pratiques, approches ou perspectives prometteuses ou éprouvées qui font la promotion de la vie auprès des jeunes des Premières Nations, renforçant ainsi le tissu communautaire.
3

Il s’agit d’initiatives qui font la promotion de la vie ou préviennent le suicide chez les jeunes des Premières Nations qui vivent dans une réserve ou une communauté régie par une PN.
4

Par ces pratiques, le projet vise à démontrer un changement communautaire constructif.
5

« Parler le langage de la vie » signifie que l’initiative est centrée sur l’espoir, la vie et la quête de sens, plutôt que sur des approches de prévention axées sur les déficits ou les difficultés pour sauver des vies.
6

Un engagement à mettre le savoir autochtone au cœur des travaux, et à reconnaître la place centrale qu’y occupent la culture, la communauté, la vie spirituelle et le territoire.
Portée et limites
1

L’outil Sages pratiques vise autant à obtenir de l’information qu’à être utile aux Premières Nations qui vivent dans une réserve ou une communauté régie par une PN à travers le Canada.
2

Il ne s’agit pas d’une évaluation de l’actuelle SNPSJA.
3

Son principal intérêt est de promouvoir le mieux-être, la prévention du suicide et des stratégies de guérison communautaire (l’intervention de crise et les thérapies individuelles en santé mentale n’en font pas partie).

Continuum des services de mieux-être mental pour les Premières Nations

Le cadre du CSMMPN a été élaboré en collaboration avec l’Assemblée des Premières Nations, la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits de Santé Canada, la Fondation autochtone nationale de partenariat pour la lutte contre les dépendances,  l’Association autochtone de la santé mentale, et d’autres chefs de file communautaires en santé mentale.

Les diverses pratiques communautaires présentées dans ce site illustrent comment certains éléments du Continuum des services de mieux-être mental pour les Premières Nations peuvent être mis à profit. En faisant une analyse approfondie de ces récits communautaires, avec à l’esprit les éléments de ce cadre de travail, vous verrez comment diverses communautés des Premières Nations s’engagent avec créativité dans des activités de promotion de la vie et de prévention du suicide à la grandeur du pays.